(2008-2015) Dépendances


Dépendances [Source d'information]
Créé par le ministère de la Santé et des Services sociaux, ce portail offre de l'information sur la dépendance liée à l'alcool, aux drogues et au jeu pathologique. Il répertorie les ressources disponibles dans chacune des régions du Québec et propose, par une section spéciale, des pistes de solution pour les parents croyant faire face à un problème de consommation chez leur jeune.

Dubé, Gaëtane, et autres. Enquête québécoise sur le tabac, l'alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 2008. Québec : ISQ, 2009. 181 p.
Cote : HV 4999.Y68 D814e 2009
En baisse : la consommation de petits cigares; en hausse : l’attrait pour le poker. La popularité grandissante pour le jeu a de quoi inquiéter : plus d’un jeune sur cinq avait misé au poker durant l’année de l’étude, une hausse de 6 % comparativement à 2006. Le tabagisme demeure stable depuis deux ans - 15 % des élèves du secondaire fument la cigarette - tout comme la consommation de drogues et d’alcool, qui n’affiche aucune augmentation.

Gaudet, Étienne. Drogues et adolescence : réponses aux questions des parents. Montréal : CHU Sainte-Justine, 2009. 128 p.
Cote : HV 5824.Y68 G266d 2009
« Cette nouvelle édition présente notamment une mise à jour des substances psychotropes aujourd'hui offertes aux adolescents - qu'il s'agisse de dépresseurs, de stimulants ou de perturbateurs - et contient de nombreux renseignements pratiques, tant pour les parents que pour leurs adolescents ». [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

Desrosiers, Pierre, et Christian Jacques. Les services en jeu pathologique dans les centres de réadaptation en dépendance : guide de bonnes pratiques et offre de services de base. Québec : ACRDQ, 2009. 88 p.
Cote : HV 6722.Q3 D282s 2009
Bien que la prévalence du jeu pathologique atteigne moins de 1 % de Québécois, le nombre de joueurs considérés à risque de développer un problème représente un pourcentage beaucoup plus élevé. Ce rapport s’inscrit dans la foulée des travaux amorcés à la suite de la revue des objectifs annuels. Il offre une recension des écrits, une définition du Programme d’évaluation et de traitement des joueurs excessifs ainsi qu’une présentation de l’état de situation du déploiement des services en centres de réadaptation.

Centre québécois de lutte aux dépendances. Stratégie de prévention des toxicomanies chez les élèves du secondaire : APTE programme d'activités de prévention des toxicomanies (dépliant). Montréal : CQLD, 2009. 10 p.
« À terme, le programme APTE sera constitué de cinq modules distincts : module de sensibilisation, module de groupe, module individuel, module enseignants et module parents. Développés à partir d'une approche commune prenant assise sur les croyances des jeunes, les différents modules du programme APTE sont inspirés des meilleures pratiques en prévention. La synergie des différents types d'interventions du programme favorisera une meilleure cohérence chez les acteurs, mais surtout la responsabilisation des jeunes face à leurs comportements de consommation ».

Dissiper la fumée entourant le cannabis. Ottawa : CCLAT, 2009. 
Le cannabis est la substance illicite la plus consommée au Canada. Avec cette série de trois rapports, le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies souhaite faire la lumière sur les effets du cannabis sur divers aspects du fonctionnement et du développement de la personne. Les documents se penchent sur : 1) l'usage chronique, fonctionnement cognitif et santé mentale; 2) les effets du cannabis pendant la grossesse; 3) le cannabis au volant; 4) les troubles respiratoires causés par l'inhalation de cannabis.
http://www.ccsa.ca/Resource%20Library/ccsa-11790-2009.pdf
http://www.ccsa.ca/Resource%20Library/ccsa-11798-2009.pdf

Dyke, Nathalie. « Les jeux et les dépendances associées ». Recherches Innovations, vol. 5, 2009, p. 9-18.
« Où en est la recherche sur la question du jeu? Que savons-nous et que devrions-nous savoir? Quelles sont les interventions les plus efficaces et les plus prometteuses? La présente section est une synthèse d'une recension non exhaustive et sommaire des écrits [...] qui a été produite en prévision du colloque international Jeux et dépendances que les Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture tiendra en septembre 2009 ».

Daeppen, Jean-Bernard, et autres. La dépendance à l'alcool : guide de traitement combiné. Paris : Flammarion Médecine-Sciences, 2009. 104 p.
Cote : HV 5276 D122d 2009
La prise en charge de l’alcoolisme a évolué vers un modèle thérapeutique fondé sur les preuves. « Ce guide propose d’associer les quatre formes de traitement reconnues aujourd’hui comme les plus efficaces : l’entretien motivationnel, les approches cognitivo comportementales, une intervention sur l’environnement incluant notamment une participation active des proches et un traitement médicamenteux spécifiques. Par une série de dialogues avec le patient, de conseils pratiques aux soignants, de questionnaires d’investigation et de suivi, ce livre, unique et original, constitue une aide pratique pour toute personne confrontée à la prise en charge médicale d’un sujet alcoolo dépendant ». [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

Gagnon, Hélène, et autres. L'usage de substances psychoactives chez les jeunes québécois : portrait épidémiologique. Québec : INSPQ, 2009. 51 p.
Mis à part l’alcool, le cannabis demeure la drogue la plus populaire chez les jeunes québécois. Parmi les données observées, un résultat inquiète particulièrement : 45,5 % des enfants du primaire affirment avoir déjà consommé de l’alcool. Bien que ce portrait soit plutôt complet, les auteurs formulent des recommandations sur les informations manquantes à obtenir telles que le profil de consommation des jeunes qui fréquentent les raves et les after-hours. Un deuxième document viendra compléter celui-ci, s’intéressant aux conséquences sur le développement et l’épanouissement de cette clientèle.

Laventure, Myriam, et autres. « Profils de consommation d'adolescents, garçons et filles, desservis par des centres jeunesse ». Drogues, santé et société, vol. 7, n° 2, décembre 2008, p. 9-45.
La consommation de psychotropes par les adolescents desservis par les centres jeunesse (CJ) pose un défi d’intervention de taille pour les intervenants et les décideurs. Ainsi, cette étude établit le profil de consommation et des caractéristiques personnelles, familiales et sociales des jeunes. L’étude fait ressortir trois profils de consommateurs : faible (28,9%), modéré (37,3%), élevé (33,8%). La consommation des garçons et des filles diffère peu quant à sa nature et sa gravité. Une similitude qui ne s’observe que dans les CJ puisqu’au sein de la population générale, les garçons sont reconnus pour avoir une consommation plus élevée, fréquente et abusive. Or, sur le plan de l’intervention reliée à la consommation, la population étudiée au CJ démontre une faible reconnaissance du problème ainsi que peu de motivation à changer. Il s’avère donc essentiel d’intervenir auprès de ces jeunes avec un message crédible et adapté, tout en respectant leur perception et ambivalence. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation].

Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies. Consolider nos forces : normes canadiennes de prévention de l'abus de substances en milieu scolaire : un guide pour les intervenants en santé et en éducation. Ottawa : CCLAT, 2009. 74 p.
Le CCLAT présente des normes qui visent l’évaluation de la qualité et le renforcement des capacités des initiatives de prévention en matière de l’abus de substances dans les écoles. Dix-huit normes viennent en aide aux établissements scolaires promoteurs de la santé dont : déterminer les habitudes locales de consommation de substances et les méfaits; faire participer les élèves à la conception de l’initiative; aborder la question de la durabilité de l’initiative; organiser des activités ciblées dans un continuum global.

Revue systématique ou méta analyse Cayley, William E. « Effectiveness of brief alcohol interventions in primary care ». American Family Physician, vol. 79, n° 5, 2009, p. 370-371.
Une intervention brève – en milieu de première ligne, d’une durée d’une à quatre sessions - pour diminuer la prise d’alcool chez des hommes avec des habitudes de consommation excessives et dangereuses peut-elle être efficace? À l’issue d’une revue d’études sur le sujet, l’auteur conclut qu’une telle intervention démontre une efficacité à réduire la consommation hebdomadaire un an plus tard et, conséquemment, diminue les fréquentations aux services d’urgence et les taux des blessures associées. Cependant, le même type d’intervention ne semble pas avoir d’effets aussi significatifs chez les femmes. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

Revue systématique ou méta analyse Smith, Lesley A, et David R. Foxcroft. « The effect of alcohol advertising, marketing and portrayal on drinking behaviour in young people : systematic review of prospective cohort studies ». BMC Public Health, vol. 9, February 2009, p. 1-11.
La publicité mettant en scène des boissons alcoolisées favorise l’adoption de mauvais comportements chez les jeunes. En effet, l’analyse des sept études retenues démontre une association significative entre l’exposition des jeunes à diverses sources – journaux, vidéoclips, programmes télévisés – et leur consommation ultérieure d’alcool. Trois de ces études démontrent le lien entre le début de la consommation d’alcool - chez une clientèle a priori sobre - et l’exposition à des publicités sur le sujet. Ces conclusions se dégagent du suivi d’une cohorte de plus de 13 000 jeunes, sur une période de 15 ans.

Coquard, Olivier, Sebastien Fernandez et Yasser Khazaal. « Évaluation de la qualité des sites internet francophones traitant de la dépendance à l'alcool ». Santé mentale au Québec, vol. XXXIII, n° 2, 2008, p. 207-224.
Au Canada, la consommation d’alcool est responsable d’environ 10 % des problèmes médicaux ou sociaux et les individus considérés comme « buveurs à risque » représentent 13,6 % de la population. L’analyse de 45 sites internet francophones traitant de la dépendance à l’alcool permet aux auteurs d’observer une faible qualité globale de ceux-ci. Ils soulignent également l’importance de répondre aux besoins de l’utilisateur en matière de convivialité, de facilité d’accès et de visibilité, tout en s’appuyant sur des connaissances rigoureuses. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

Carlbring, P, et autres. « Randomized trial of internet delivered self-health with telephone support for pathological gamblers ». Journal of Consulting and Clinical Psychology, vol. 76, n° 6, December 2008, p. 1090-1094.
Malgré l’existence d’interventions psychosociales efficaces dans le traitement du jeu pathologique, seulement 10 % des joueurs compulsifs en bénéficient. Les auteurs évaluent les effets d’un programme cognitivo-comportemental de huit semaines qui offre un soutien par courriel et par contacts téléphoniques hebdomadaires d’une durée de quinze minutes. Les résultats observés auprès des joueurs font état d'une diminution de leur envie de jouer et de leur taux d’anxiété ainsi qu'une augmentation de leur qualité de vie générale. Les auteurs s’interrogent par contre sur les effets d’un tel programme auprès d’individus atteints de dépression sévère. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

10
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
12