(2008-2015) Dépendances


World drug report 2014. New York : United nations Office on Drugs and Crime, 2014. 128 p.
La prévalence de la consommation de drogues affiche une stabilité, selon les dernières données mondiales compilées, qui estiment à environ 5 % la proportion d’individus ayant fait l’usage de drogues illites en 2012. Les autorités s’inquiètent pour les utilisateurs de drogues par injection atteints du VIH et déplorent le manque d’accès aux traitements. La consommation d’héroïne, de morphine et de cocaïne demeure problématique et le cannabis affecte de plus en plus de gens qui nécessitent de l’aide pour traiter la dépendance ou un trouble qui en découle. Plusieurs nouvelles substances font des ravages et le Web caché continue son essor rendant difficile l’identification des trafiquants.

42e colloque de l'AITQ et 1er colloque conjoint AITQ-RISQ [Activité]
Trois-Rivières, 20 au 22 octobre 2014.
Thème(s) : Toxicomanie et problématiques associées : agir ensemble
Organisateur : Association des intervenants en toxicomanie du Québec.

Collaboration pour les soins en toxicomanie et en santé mentale : meilleurs conseils. Ottawa : Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, 2014. 64 p.
Quels avantages offre le travail en collaboration sur l’accès aux services en toxicomanie et en santé mentale? Quels modèles et approches entraînent les meilleurs résultats? Les travaux menés démontrent - sans l’ombre d’un doute - le bien-fondé de la collaboration dans l’amélioration de toute la trajectoire de soins, mais il demeure difficile de partager les pratiques efficaces de manière systématique. Pour voir tourner le vent, des actions phares sont de mise et c’est ce que propose cet écrit en identifiant des sphères à prioriser pour renforcer la capacité de partenariat entre tous.

Revue systématique ou méta analyse Ho, Roger C, et autres. « The association between internet addiction and psychiatric co-morbidity : a meta-analysis ». BMC Psychiatry, vol. 14, n° 183, June 2014, p. 1-23.
Au terme de leur méta-analyse, les auteurs concluent à une corrélation positive et significative entre d'une part la dépendance à internet et d'autre part l'alcoolisme, le déficit d'attention et l'hyperactivité, la dépression et l'anxiété. Leur recherche documentaire, effectuée jusqu'en juin 2012, leur a permis de repérer 365 études dont 8 ont été retenues après le processus de sélection. Ils indiquent que la compréhension fine de cette association requiert la conduite d'études prospectives sur le sujet.

Nouvelle démarche de gestion des substances psychotropes illégales au Canada. Ottawa : Association canadienne de santé publique, 2014. 25 p.
Les conséquences de la consommation de psychotropes se répercutent tant sur la santé de la population que sur toutes les sphères d’une société. La gestion actuelle de ces substances repose surtout sur l’interdiction et la criminalisation, ce qui ne reflète pas l’époque et la réalité sociale existante. Ce document de travail remet les pendules à l’heure et propose ainsi une approche de santé publique mieux adaptée avec des actions qui ciblent notamment l’actualisation des connaissances, la collaboration, la prévention primaire et la réduction de la stigmatisation.

2014 Global synthetic drugs assessment : amphetamine-type stimulants and new psychoactive substances. New York : United Nations, 2014. 88 p.
Les drogues de synthèse occupent une part de plus en plus importante sur le marché des drogues illicites. De nouvelles substances font leur apparition et une expansion sans précédent se perçoit tant en matière de diversité que de disponibilité. Le taux de saisie de la méthamphétamine bat des records partout dans le monde et une hausse se remarque particulièrement en Amérique du Nord. À la fin de l’année 2013, les données rendent compte de 350 nouvelles substances psychoactives dans 90 pays dont aucune n’est sous contrôle. Des constats qui appellent à l'action.

Global status report on alcohol and health 2014. Geneva : WHO, 2014. 376 p.
L’alcool : responsable de près de 6 % des décès à travers le monde chaque année, un pourcentage qui se chiffre à 3,3 millions de personnes. Les conséquences d’une consommation abusive se répercutent directement sur la santé, l’alcool exerçant un impact dans le développement de plusieurs maladies. Aussi, les autorités notent la survenue de nombreux cas de mortalités routières et d’homicides qui impliquent des hommes et des femmes en état d’ébriété. L’OMS appelle ainsi à la mobilisation de tous les paliers pour éviter que la situation s’aggrave.

Picard-Masson, Marianne. « Les liens entre la consommation de boissons énergisantes et la consommation de psychotropes chez les jeunes : que connaissons-nous du phénomène? ». Jeunes et toxicomanie, vol. 13, n° 2, 2014, p. 1-25.
Depuis leur apparition, leur popularité ne se dément pas et les messages promotionnels entraînent les jeunes à une consommation dont les risques inquiètent les autorités. En effet, absorber des boissons énergisantes de manière excessive peut entraîner divers effets secondaires - insomnie, anxiété, palpitations - et ajouter de l’alcool à cette substance rend le mélange tout simplement explosif. Les comportements à risque augmentent ainsi chez ces consommateurs, qui présentent souvent déjà un profil de polyconsommation. Encore nouveau, ce phénomène demeure difficile à évaluer, mais attire fortement l’attention de la santé publique d’où la revue narrative menée, incluant 42 papiers.

Pirie, Tyler, et Melanie Simmons. Consommation de cannabis, comportements à risque et méfaits : comparaison entre les populations urbaines et rurales du Canada. Ottawa : Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, 2014. 13 p.
Qu’ils vivent en milieu rural ou urbain, les 10 076 participants à l’étude affichent une prévalence similaire en termes de 1) consommation de cannabis et de 2) comportements à risque associés. Les données analysées montrent toutefois que de nombreux jeunes consomment beaucoup et souvent et qu’ils conduisent fréquemment leur automobile dans cet état ou voyagent avec un conducteur intoxiqué. Des résultats qui prouvent l’importance de cibler cette clientèle dans les stratégies préventives.

Regional drug strategies across the world : a comparative analysis of intergovernemental policies and approaches. Luxembourg : European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction, 2014. 27 p.
Une analyse comparative amorce l’écrit qui définit la structure des stratégies et des plans d’action antidrogue adoptés par six organisations intergouvernementales, impliquant 148 pays sur quatre continents. La deuxième partie précise, quant à elle, l’organisation et les mécanismes de coordination de ces actions. La comparaison effectuée permet la reconnaissance de spécificités uniques et variées, mais rend compte aussi de similitudes importantes à partager entre décideurs.

« Les mille visages de la dépendance ». Psychologie Québec, vol. 31, n° 2, 2014, p. 1-60.
Depuis peu, d’autres formes de dépendance s'ajoutent à celles déjà connues caractérisées par des problèmes reliés à la consommation de substances. Ce dossier se penche sur cette nouvelle famille élargie et présente : Cyberdépendance sexuelle – Les traitements autoadministrés chez les joueurs – La dépendance aux médias sociaux et à la technologie mobile – Le trouble hypersexuel.

Bon trip, bad trip : trousse d'animation sur la consommation et la psychose. Montréal : Institut universitaire en santé mentale de Montréal, 2014. 
L’approche proposée par cette trousse d’animation se fonde sur l’échange d’expériences entre les participants, eux-mêmes aux prises avec un problème de santé mentale et d’abus d’alcool et de drogues. Composée d’outils variés, elle propose aux intervenants un contenu élaboré grâce au parcours professionnel de l’équipe interdisciplinaire responsable de sa création.

Peterson, Robert. Meilleures pratiques de prévention des toxicomanies en milieu scolaire. Joliette : ASSS Lanaudière, 2014. 10 p.
Présentés sous forme de tableaux, les renseignements contenus visent à soutenir les intervenants en milieu scolaire et à faciliter ainsi leur prise de décision en prévention des toxicomanies. Quelles pratiques privilégier? Comment s’assurer d’une planification efficace des interventions? Ces questions trouvent réponses parmi les conditions et recommandations formulées. La dernière page synthétise les meilleures pratiques classées selon quatre cibles soit : les jeunes, l’école, la famille et la communauté.

Revue systématique ou méta analyse Beaudoin, Isabelle, et autres. Efficacité de l'approche « logement d'abord » pour les personnes en situation d'itinérance vivant avec des troubles mentaux ou des troubles liés aux substances psychoactives. Montréal : INESSS, 2014. 45 p.
Difficile à dénombrer en raison de leur instabilité, les personnes vivant en situation d’itinérance et affectées par des troubles mentaux et de consommation d’alcool et de drogues se multiplient au Québec, et ce, surtout à Montréal. La revue systématique menée permet aux auteurs de militer en faveur de la démarche « logement d’abord » en raison des nombreux effets bénéfiques qu’elle apporte et des résultats prometteurs sur plusieurs sphères de l’intervention, dont l’utilisation des services. Grâce à cette approche - fondée sur l’obligation minimale - ces vulnérables personnes s’éloignent de la rue pour profiter des avantages d’un toit. Plus efficace lorsque jumelée à une équipe d’intervenants toujours en place, elle mérite d’être prise en considération et trouve sa place dans la politique gouvernementale publiée au même moment.

Pirie, T, et autres. Rapport sur les indicateurs nationaux de traitement : données de 2011-2012. Ottawa : Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, 2014. 60 p.
Malgré une proportion importante de Canadiens aux prises avec un problème de toxicomanie, peu utilisent les services de traitement qui demeurent difficiles d’accès. Les chiffres estiment à 151 074 le nombre de cas traités, sans toutefois comptabiliser les services reçus dans les centres privés, les hôpitaux ou le soutien des organismes communautaires. Les auteurs appellent donc à la prudence dans l’analyse des résultats publiés grâce aux données provenant de huit provinces, excluant le Québec.

1
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
3