(2008-2015) Dépendances


Alcohol-use disorders : diagnosis, assessment and management of harmful drinking and alcohol dependence. London : NICE, 2011. 
Ces lignes directrices constituent un des trois guides développés par le NICE en matière de troubles liés à l’alcool et vise principalement la dépendance ainsi que la consommation abusive et dangereuse. Son contenu s’adresse à une clientèle âgée de dix ans et plus et touche : l’évaluation, les traitements pharmacologiques, les interventions psychologiques et psychosociales ainsi que les questions relatives à la désintoxication et la réhabilitation. Les recommandations que contient cet imposant document sont fondées sur les preuves et développées grâce à une équipe multidisciplinaire de professionnels de la santé.

Dépendances [Source d'information]
Le Ministère de la Santé et des Services sociaux ajoute une nouvelle page à son portail sur les dépendances. Cette dernière – qui constitue une zone interactive – propose des jeux et des questionnaires sur la toxicomanie destinés tant aux parents qu'à leurs jeunes.

Manuel d'application : règlement sur la certification des ressources en toxicomanie ou en jeu pathologique. Québec : MSSS, 2011. 62 p.
Cote : HV 5840.Q3 M295 2011
La clientèle aux prises avec des problèmes de toxicomanie ou de jeu pathologique s’avère très vulnérable et requiert des services de grande qualité. À la suite des recommandations formulées par le Protecteur du citoyen en 2007-2008, le MSSS rend désormais obligatoire la certification des ressources d’hébergement afin de garantir des milieux sécuritaires et une bonne qualité de vie à ces résidants. Cet écrit précise les conditions d’obtention et les exigences quant aux normes en matière de sécurité, de fonctionnement et de formation.

Brisson, Pierre. Prévention des toxicomanies : aspects théoriques et méthodologiques . Montréal : PUM, 2010. 304 p.
Cote : HV 5840.Q3 B859pr 2010
« Cet ouvrage est une introduction aux concepts, à la méthodologie et aux moyens d’action qui sous-tendent l’intervention préventive, appliquée au domaine de la toxicomanie ». Il se divise en quatre parties composées de chapitres qui s’articulent autour des cadres théorique, méthodologique, stratégique et évaluatif.

Atlas on substance use (2010) : resources for the prevention and treatment of substance use disorders. Geneva : WHO, 2010. 
Pour la première fois, l’OMS présente une gamme de ressources nécessaires à la prévention et au traitement de troubles liés à la consommation de substances, et ce, sur la base d’informations colligées auprès de 147 pays représentant 88 % de la population mondiale. Le développement d’un questionnaire a permis de mesurer l’efficacité des ressources aux niveaux administratif et financier, en matière de services de santé, de ressources humaines, de politiques et de législation ainsi qu’en ce qui a trait à la disponibilité des services de prévention et des connaissances de chaque pays sur le sujet.

Landry, Véronique, et autres. Toxicomanie parentale et développement des enfants de 6-12 ans : recension des écrits et pratique de pointe en développement. Montréal : Centre Dollard-Cormier, 2010. 36 p.
Cote : HV 5840.Q3 L262t 2010
Malgré les lourdes conséquences qu’entraîne la toxicomanie parentale sur le développement des enfants, les estimations chiffrent à 8 % ceux vivant avec un parent dépendant à l’alcool, 4 % aux drogues. Ce cahier décrit d’abord les caractéristiques développementales des jeunes âgés entre 6 à 12 ans, expose ensuite les impacts associés à la toxicomanie des parents puis démontre les bienfaits du programme d’intervention familiale conçu par le Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances (CDC-IUD). Sans prétention exhaustive, l’ouvrage conclut avec une présentation de programmes existants au Québec et aux États-Unis.

Healthy minds, healthy people : a ten-year plan to address mental health and substance use in British Columbia. Victoria : Ministry of Health; Ministry of Children and Family Development, 2010. 39 p.
Cote : RC 448.B8 H434 2010
Ce plan d’action sur dix ans établit une vision de collaboration et définit des actions intégrées en matière de services en santé mentale et en dépendances en Colombie-Britannique. L’accent y est mis sur les jeunes et les familles. Parmi les actions proposées : la mise en place d'une détection en première ligne auprès des jeunes et des adultes ayant des problèmes de santé chronique; la détection auprès des femmes durant la période périnatale, suivie d’une offre de service et la mise en place d’un programme de détection de la consommation d’alcool dangereuse avec des interventions brèves et suivis en première ligne.

Auger, Nathalie, et autres. « Impulsivity and socio-economic status interact to increase the risk of gambling onset among youth ». Addiction, vol. 105, n° 12, December 2010, p. 2176-2183.
L’impulsivité est associée à des comportements de jeu pathologique chez les jeunes issus d’un milieu socio-économique faible. Autres facteurs significativement associés au jeu pathologique chez ces jeunes :  la sous-scolarisation des parents ainsi que la privation de biens matériels. Cette étude longitudinale montréalaise a suivi 628 jeunes pendant 8 ans. L’âge moyen du début des comportements de jeu pathologique était de 15,6 ans. Chez les garçons, le comportement le plus fréquent était de jouer pour de l’argent, alors que chez les filles il s'agissait de l’achat de billets de jeux de hasard. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

Desrosiers, Pierre, avec la collaboration de Jean-Marc Ménard. Les services de réadaptation en toxicomanie auprès des adultes dans les centres de réadaptation en dépendance : guide de pratique et offre de services de base. S.l. : ACRDQ, 2010. 141 p.
Dans une optique de complémentarité avec les outils existants dans le domaine de la réadaptation en toxicomanie,  les auteurs ont concentré leurs efforts sur les services offerts à la clientèle adulte en centres de réadaptation en dépendance (CRD). Le guide se divise ainsi en trois parties : 1) une recension des écrits sur les meilleures pratiques; 2) un portrait des services offerts, un aperçu des défis et une incursion du côté des pratiques prometteuses et 3) une série de recommandations qui « ciblent l'intervention clinique, l'organisation de services, la formation et la recherche ».

Plourde, Chantal, Bastien Quirion, dir. « Les nouvelles tendances de l'intervention en dépendances (partie 2) ». Drogues, santé et société, vol. 9, n° 1, juin 2010, p. 339.
Un mot de présentation et sept contributions composent ce numéro spécial : i) Trente ans d'intervention psychosociale au Québec : quatre témoins privilégiés dressent un bilan; 1) Tour d'horizon sur les principales approches de traitement du jeu pathologique chez les adultes et les adolescents; 2) Faire face à l'usage de substances psychoactives au Nunavik : amalgame de traditions et pratiques modernes; 3) Programmes de prévention universelle et ciblée de la toxicomanie à l'adolescence : recension des facteurs prédictifs de l'efficacité; 4) Trois modèles motivationnels et le traitement de la dépendance aux substances psychoactives; 5) Impacts des traitements et processus de rétablissement chez les jeunes toxicomanes québécois; 6) Les nouvelles tendances en matière de régulation de la pratique psychotrope : trente ans de politique québécoise sur l'usage de drogues et la toxicomanie (1976-2006); 7) Les effets adverses des politiques officielles en matière de drogue sur les mécanismes d'autorégulation des consommateurs de drogues illicites. À noter : la partie 1 de ce portrait avait été publiée dans le vol. 8, no 2 de la revue, également disponible en ligne. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation].

Séguin, Monique, et autres. « Suicide and gambling : psychopathology and treatment-seeking ». Psychology of Addiction Behaviors, vol. 24, n° 3, 2010, p. 541-547.

Chaiton, Michael, et autres. « Use of cigarettes to improve affect and depressive symptoms in a longitudinal study of adolescents ». Addictive Behaviors, vol. 35, n° 12, 2010, p. 1054-1060.
L’effet stimulant sur l’humeur que provoque l’usage du tabac augmente les symptômes de dépression chez les adolescents. Réalisée à Montréal auprès de 662 jeunes âgés de 12 à 13 ans, cette étude s’intéresse aux bénéfices émotionnels éprouvés grâce à la cigarette. Les jeunes pour qui fumer agissait en guise de traitement - pour mieux se sentir – présentaient un risque plus élevé comparativement aux non-fumeurs. L’identification des groupes vulnérables demeure essentielle afin de prévenir le développement des premiers signes. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

Revue systématique ou méta analyse Rooke, Sally, et autres. « Computer-delivered interventions for alcohol and tobacco use : a meta-analysis ». Addiction, vol. 105, n° 8, 2010, p. 1381-1390.
Des interventions impliquant un minimum de contacts par Internet représentent une façon peu coûteuse de traiter des problèmes légers de consommation d’alcool ou de drogues. L’accessibilité et le fait de pouvoir obtenir des conseils et de s’exprimer sous le couvert de l’anonymat figurent parmi les avantages signalés par les patients. L’analyse de 34 études - incluant 10 632 participants - permet de dégager ces conclusions.

Centre romand de médecine de l'addiction. Neurosciences de l'addiction. [S.l.] : COROMA, 2010. 26 p.
Les récents progrès des neurosciences ont permis de découvrir et de comprendre certaines modifications du fonctionnement du cerveau lors de la consommation de substances actives. Un regroupement d’experts suisses a produit cette brochure d’information qui s’adresse autant aux professionnels concernés par les dépendances qu’au grand public. On y explique, par ailleurs, les rôles complexes de la dopamine et des circuits neuronaux dans le maintien des comportements liés aux dépendances.

Jean-Sébastien Fallu, et autres. « Les jeunes et la consommation d'amphétamines : situation québécoise et connaissances actuelles ». Revue québécoise de psychologie, vol. 31, n° 1, 2010, p. 219-236.
Au Québec, près d’un jeune sur dix de niveau secondaire a déjà consommé des amphétamines, couramment appelées speed, uppers, peanuts ou pilous; un taux considérablement plus élevé que les données provenant des États-Unis ou du Canada. Pour la province, la prévalence - peu importe le type d’usage - est systématiquement plus forte chez les filles. Ce phénomène pourrait s’expliquer par la raison de la consommation en fonction des sexes : plusieurs études démontrent que les filles visent la perte de poids, les garçons plutôt le plaisir. [Document disponible par l'intermédiaire de votre centre de documentation]

8
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
10